La nuit sous un autre jour

"Le nouveau siècle des lumières est en passe d'éteindre la nuit."

(Le Monde, 17 octobre 2021)

Et selon vous, quel serait l'éclairage idéal ? Donnez-nous votre avis en répondant à l'enquête en ligne.

C'est juste ici !

Les éclairages artificiels, qui ont augmenté de 84 % ces vingt dernières années en France, impactent sérieusement nos nuits. La pollution lumineuse qu’ils génèrent est constatée sur près de 85% du territoire métropolitain. Les effets sont nombreux comme le gaspillage énergétique, le voilement des étoiles, ou encore le dérangement de la biodiversité. Face à ce constat, les élus du Pays de Béarn ont engagé le projet « La nuit sous un autre jour”. Une quarantaine de Communes volontaires en Béarn sont ainsi accompagnées en 2022 pour constituer des territoires pilotes et imaginer l’éclairage de demain.

Comment placer judicieusement les lampadaires pour répondre aux usages et assurer la sécurité de tous ? Quelle intensité lumineuse choisir ? Sur quelles plages horaires faut-il éclairer ? Comment éviter les lumières intrusives qui peuvent perturber notre sommeil ? Autant de questions auxquelles ces Communes impliquées tentent de répondre pour concilier tous les enjeux de l’éclairage. Pour le compte des intercommunalités béarnaises, en partenariat avec le syndicat d’énergie des Pyrénées-Atlantiques et le Parc national des Pyrénées, le Pays de Béarn s’appuie sur les forces vives du territoire pour relever ce défi ambitieux, aux multiples facettes. La Région Nouvelle-Aquitaine soutient la démarche.

Une opportunité pour préserver la biodiversité et restaurer les trames « noires »

Près de 28% des vertébrés et 64% des invertébrés sont exclusivement ou partiellement nocturnes et donc directement exposés à l’éclairage artificiel. Les insectes sont tout particulièrement impactés, et à travers eux, toute leur chaîne alimentaire (oiseaux nocturnes, chauves-souris). Ce sont aussi les services qu’ils rendent qui en pâtissent. Par exemple, saviez-vous que la pollinisation se fait essentiellement de nuit ? Le projet « La nuit sous un autre jour » vise à mieux connaître les voies de déplacement empruntées la nuit par toutes ces espèces nocturnes, appelées « trames noires ». Cela permettra d’identifier les impasses générées par l’éclairage puis d’infléchir la situation pour restaurer ces chemins naturels.

Un pas vers la transition énergétique des territoires

Dans un contexte où l’énergie coûte de plus en plus cher, éclairer mieux et moins constitue un levier pour diminuer la dépense publique. En effet, 50% du parc d’éclairage est considéré comme surconsommateur et l’éclairage représente environ 40 % de la facture d’électricité des collectivités en France.

Rêver à nouveau sous les étoiles

La plupart des étoiles ne sont plus visibles dans les centres-villes : on peut y observer en moyenne une centaine d’étoiles contre plus de 8 000 dans un ciel sans éclairage. Ainsi, la magie de la Voie lactée échappe à plus de la moitié de la population européenne. Une meilleure maîtrise de l’éclairage permettrait d’à nouveau avoir accès à la beauté de notre voûte céleste et de continuer à nous inspirer !

Le projet « La nuit sous un autre jour », où en est-on ?

Débuté par la rencontre des élus des intercommunalités, le projet en est aujourd’hui à sa phase préliminaire de diagnostic. L’objectif : identifier les communes qui présentent le plus d’enjeux d’un point de vue éclairage public et biodiversité. Ces communes seront prioritaires pour constituer des territoires pilotes qui vont expérimenter une autre façon d’illuminer nos nuits.